CR du groupe de lecture du 11 mai 2015

dimanche 24 mai 2015

« laïcité et république »
Le débat était censé s’appuyer sur la Lecture de « Place de la république » et du dossier « Quelques citations comportant les mots clés : laïcité, République, religion, spiritualité prises dans l’actualité ».

19h00 : 10 participants

Débat sur le petit pamphlet « Place de la république » pour une spiritualité laïque, (20pages) de Abd al Malik . L’ambiguïté de certaines phrases a été soulignée par plusieurs d’entre nous. Ce qui renvoit au livre de Caroline Fourest « Eloge du blasphème ». Le pamphlet reste néanmoins digne d’intérêt car il est la parole d’un jeune issu de l’immigration, ayant grandi dans des quartiers ghettos et revendiquant son appartenance à l’islam tout en affirmant être animé par une spiritualité laïque ; parole que l’on a peu l’occasion d’entendre.

La seconde partie de la soirée a porté sur le contenu des termes spiritualité, laïcité, religion, république. Le mot spiritualité est essentiellement associé à religion, la spiritualité peut également être recherche d’intériorité, de connaissance de soi, de transcendance, de sagesse, ou dépassement des limitations de la condition humaine.

Certains refusent tout lien avec la transcendance et considèrent que la spiritualité ne dépend que de nous, qu’elle est immanente. L’un d’entre nous souligne que la spiritualité est une fonction naturelle de notre esprit qu’elle fait partie de notre vraie nature et que cette dimension de notre être humain avait été ignorée par les penseurs du siècle des Lumières et plus encore par les penseurs de la laïcité qui confondent spiritualité et religion. L’ignorance de cette dimension de notre humanité a laissé un vide dans lequel s’est engouffrée la religion du consumérisme. Pour d’autres, les philosophes des lumières ont mis en avant la raison et les sciences et on ne peut pas les rendre responsables des « valeurs » du libéralisme et du capitalisme que sont l’enrichissement et l’accumulation. De même vouloir une laïcité exigeante n’est pas synonyme de vouloir étouffer la spiritualité que chaque être porte en lui et qu’il peut développer sans directeur de conscience. Une spiritualité laïque serait cette spiritualité individuelle immanente qui n’implique pas de faire des prosélytes. Les questions de l’enseignement du fait religieux, d’une morale laïque, de la place et du rôle des rituels ont été évoquées. Le rapport de Regis Debray a été mentionné…

Le problème du port d’insignes religieux (kippa, voile, croix…) a fait monter le niveau sonore des débats. Pour certains l’affichage d’une appartenance à une confession entraine un étiquetage et élève un obstacle à la communication et empêche un véritable vivre ensemble. L’expression « gêne qu’on éprouve devant un affichage vestimentaire religieux » à donné lieu à un affrontement sémantique. Certains ne sont pas « gênés » par le voile islamique mais refusent le port de la burka. D’autres que le voile ne gène pas rapportent malgré tout que des femmes militantes du Maghreb regrettent qu’on lâche prise en France sur ces signes de « soumission » à une religion et aux hommes qui en retiennent ce qui leur permet d’exercer leur autorité.

21h00 choix du prochain thème

La prochaine réunion portera sur l’étude du livre de Christian Cauvin et aura lieu le 15 juin à 19h à Biviers salle du St Eynard

LA FIN DU CAPITALISME ET LA NECESSAIRE INVENTION D’UN MONDE NOUVEAU
Christian Cauvin , Collection « Questions contemporaines » 280 pages

Cet ouvrage se déploie en quatre temps. Une première partie explore la dialectique entre démocratie et capitalisme : la démocratie rend possible le capitalisme, mais celui-ci en sape les fondements. Une deuxième partie situe les enjeux économiques contemporains à partir des thèmes centraux de l’activité, du travail et de la dette. Une troisième partie présente cinq chantiers majeurs car, sans résistance au système actuellement encore dominant, sans actions concrètes, il n’est pas possible de préparer une autre société, d’enclencher une autre dynamique. Ces chantiers réunissent des propositions sociétales, actionnariales, bancaires, fiscales et monétaires. Une quatrième partie reprend les réflexions et les études antérieures pour tenter une caractérisation du système capitaliste, de son fond d’illimitation et de sa fin inéluctable.

En résumé, si le capitalisme est condamné parce qu’il atteint ses limites, il est nécessaire d’accélérer sa disparition car le mouvement d’émancipation est le gage de la réussite future et de l’instauration d’une démocratie qui ne soit pas uniquement formelle. Demain, la démocratie… mais après le capitalisme.
La thèse
« Le capitalisme arrive à sa fin. Porté par les démocraties naissantes, le capitalisme a progressivement conquis la planète et absorbé dans sa sphère la totalité de la substance sociale. Comme les empires de jadis, il s’effondre sous le poids de sa puissance et de sa réussite : en parvenant à ses fins, il programme sa fin inéluctable. » (p.9)

La démarche
« Inventer une autre société, penser un monde où la compulsion acquisitive, le développement économique et l’accumulation de l’argent ne soient pas le seul horizon, " plonger dans l’inconnu pour trouver du nouveau " comme nous y invite Charles Baudelaire dans Les Fleurs du mal. »

Les propositions
« Quelques chantiers majeurs doivent stopper un processus délétère et éviter qu’il ne devienne inexorable ; en particulier un chantier sociétal qui affronte la question du type de société que nous voulons construire et un chantier actionnarial qui interroge la place décisive conférée à l’actionnaire. La banque, la fiscalité et la monnaie, notamment l’euro, appellent également des propositions précises et argumentées. » (p.135)

Pour la rencontre de septembre (date à définir), les échanges porteront sur le livre de Naomi Klein « Tout peut changer, capitalisme et changement climatique » (éditions Actes Sud), livre à privilégier pour les lectures des vacances d’été.

Jacqueline a proposé d’aborder lors d’une prochaine réunion le thème de la place de la femme dans les représentations de Dieu dans les principales traditions religieuses (énoncé à vérifier auprès de Jacqueline) ; elle proposera un livre

21h15 : casse croute de plus en plus convivial


Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456