"BIEN VIEILLIR"

jeudi 5 janvier 2012
par  Claude Fages

Propositions de GPS pour mieux prendre en compte le vieillissement de la population dans nos communes

INFORMATION, CONSEILS, ORIENTATION

- Mettre en place sur le territoire une permanence (téléphonique ?), un guichet unique (capable d’accueillir, de conseiller, d’orienter), en direction des personnes âgées et de leur famille.
Les personnes âgées et leurs proches sont souvent fort dépourvus lorsque surviennent les premiers problèmes de perte d’autonomie. Ils ne savent pas où s’adresser !

- Élaborer un document d’information pratique « grand public », spécialement conçu pour le territoire pour présenter tous les services et établissements de proximité permettant de faciliter la vie des personnes âgées en situation de fragilité et de leurs familles.

HABITAT

- Construire des petits immeubles « intergénérationnels » avec des appartements accessibles, adaptés aux personnes âgées dépendantes et aux personnes handicapées (type « Les marronniers » à Crolles).
Prévoir dorénavant dans chaque opération (réalisée par un promoteur privé ou un bailleur social) quelques appartements « accessibles et adaptés ».

- Inciter les retraités à adapter leurs logements avec les organismes ad hoc (PACT, Habitat et Développement, CARSAT, Caisses de retraite complémentaire…), afin de leur permettre de rester le plus longtemps possible chez eux (pose de barres d’appui, aménagement de la salle de bains, installation d’ascenseur).
Proposer des diagnostics effectués par des ergothérapeutes, informer sur les financements possibles…

- Développer l’utilisation des nouvelles technologies, la domotique, pour sécuriser la vie quotidienne des personnes fragilisées et leur permettre de rester en lien avec le « monde » (volets électriques avec commande centralisée, téléassistance en lien avec une plateforme médicalisée, capteurs divers, ordinateurs simplifiés).
Il existe sur l’agglomération grenobloise de nombreuses entreprises qui proposent du matériel adapté au grand âge et au handicap.

- Travailler sur les cheminements piétonniers pour les sécuriser afin de faciliter les déplacements vers les commerces et services, installer des bancs…

- Favoriser le dispositif DIGI (Dispositif Intergénérationnel Isérois) dont le principe est de permettre à une personne âgée de proposer une chambre à un étudiant.
Dans nos communes, les personnes (en couple ou isolées) habitent souvent de grandes maisons.
Avec DIGI, la personne âgée est sécurisée par la présence de l’étudiant qui a souvent des difficultés à se loger et bénéficie ainsi d’un logement à moindre prix.

SERVICES ET ÉTABLISSEMENTS

- Créer des places
• en accueil de jour
• en hébergement temporaire

dans le cadre d’EHPAD situés sur le territoire, afin d’aider les familles à accompagner leurs parents âgés.
Les places en accueil de jour sont particulièrement importantes pour les conjoints ou enfants qui prennent en charge de façon continue un conjoint ou parent atteint de la maladie d’Alzheimer car elles leur permettent d’avoir des périodes de répit, du temps pour eux.
Les places en Hébergement Temporaire permettent également à l’entourage proche de « prendre des vacances » pour se reposer, se ressourcer et donc éviter de s’épuiser.
Faire appel à ces structures permet de prolonger la présence de la personne âgée fragile à domicile et donc de retarder une entrée en établissement.

- Créer des petites unités non institutionnalisées (qui peuvent être situées dans les immeubles intergénérationnels évoqués précédem¬ment), au sein de programmes immobiliers classiques pour accueillir dans un ou deux appartements des personnes qui ne peuvent plus rester chez elles seules, en mutualisant les services de soins et d’aide à la vie (cette formule étant une alternative à l’entrée en établissement).

Ce concept « d’appartements regroupés à services partagés » existe dans certaines communes. Ce type de dispositif s’appuie sur un partenariat entre un bailleur social, une association d’aide à domicile et « une association d’usagers ».

- Organiser sur le territoire un réseau médico-social dans le cadre d’une charte et de conventions passées entre les CCAS, les associations gestionnaires d’établissement, les associations d’Aide à domicile, un SSIAD (Service de Soins Infirmiers à Domicile), les infirmières libérales et autres intervenants paramédicaux.

A titre d’illustration, il pourrait être demandé dans le cadre d’une convention qu’un organisme d’aides à domicile évite qu’il y ait un turnover trop important du personnel (principal reproche qui leur est fait). L’organisme pourrait s’engager à ce que ce soient toujours les mêmes personnes qui interviennent. Cela serait possible en sectorisant de façon précise les interventions (les mêmes aides à domicile étant affectées dans un même quartier).

- Mettre en place une garde itinérante de nuit : en effet aujourd’hui la période de la nuit n’est pas prise en charge par les associations et entreprises d’aide à domicile sauf pour les personnes qui en ont les moyens (150 à 200€ la nuit).

LIEN SOCIAL

- Mettre en place sur le territoire un réseau de bénévoles pour aller rendre visite à des personnes âgées très isolées.
(assurer une compagnie régulière, faire de la lecture, initier à l’informatique, sortir, rendre de menus services…) en s’inspirant de ce que fait excellemment l’association des Petits frères des pauvres. JPEG - 2.8 ko

- Mettre en place des réseaux de voisinage ayant le souci de veiller à la sécurité de voisins très âgés et isolés
(accepter de donner son numéro de téléphone, de garder un trousseau de clés…).

- Proposer sur le territoire des « cafés des âges » favorisant les rencontres entre générations.
L’Association iséroise développe avec succès ces temps de rencontre dans plusieurs communes.

CITOYENNETÉ

- Mettre en place au niveau de chaque commune ainsi qu’au niveau de la Communauté de Communes un « Comité Consultatif des retraités ».


Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois