Compte(rendu de la réunion publique du PLU du 16/09/2010

, par  Marie-Noëlle Vial

Cette réunion qui a eu lieu à L’Agora était animée par l’agence EXALTA, L’AURG et ARCHE 5.
Son objectif était la présentation du Diagnostic et des enjeux du PLU aux ismérusiens suite aux ateliers de concertation de juin dernier. Lucile Ferradou maire de Saint-ismier et Marie-Christine Parade adjointe à l’urbanisme ont ouvert la réunion.

En introduction, l’adjointe à l’urbanisme rappela qu’un bilan du PLU (le plan local d’urbanisme ) doit être fait tous les 3 ans par l’AURG ( l’agence d’urbanisme de la région grenobloise ) et précisa que le PLU de 2005 ne remplissant pas tous les objectifs fixés (mixité intergénérationnelle, orientations d’aménagement manquantes, pas de volet développement durable, problèmes d’accès aux maisons, de hauteur de bâtiments), il était nécessaire de le réviser.

L’AURG donna le libellé des 4 pièces importantes dans l’élaboration du PLU :

- Le rapport de présentation.
- Le PADD ( projet d’aménagement et de développement durable ), coeur du PLU qui est un projet politique.
- Les documents graphiques : zones où s’appliquent les règles.
- Les orientations d’aménagement dont les permis de construire doivent tenir compte.

Elle précisa que le PLU est encadré par des documents supra-communaux de l’Etat, de la région urbaine grenobloise et par les enjeux du SCOT (schéma de cohérence territoriale) dont il doit tenir compte en économisant l’espace, rééquilibrant les différents territoires...)

L’agence EXALTA (agence de communication ) fit la synthèse des différents ateliers du mois de juin.

ARCHE 5 (agence d’architecture) déclina les 3 enjeux :
1) Organiser et maîtriser le développement.
2) Préserver le cadre de vie offert aux habitants.
3) Saint-Ismier, une commune centre urbain intermédiaire dans le Grésivaudan ce qui signifie :

- une commune dynamique,
- une offre en équipements et commerces diversifiée,
- un pôle d’emplois au sein du territoire communautaire,

Saint-Ismier, quatrième commune du Grésivaudan, est caractérisée par sa population vieillissante.Il y a plus de décès que de naissances et l’augmentation de la population relève uniquement des apports migratoires. IL y a peu de mixité sociale ( c’est la cinquième des 20 villes de province aux plus hauts revenus). le % de jeunes ménages y est très faible.
Cela implique la nécessité de faire des efforts pour l’accueil de logements solidaires et d’avoir une croissance maîtrisée et équilibrée de la population de la commune.
Il y a 80% de constructions individuelles consommatrices d’énergie mais il faut remarquer qu’il y a eu plus de 80 logements sociaux construits entre 2000 et 2009.
Il faut donc favoriser la mixité sociale et diversifier l’offre de logements.

Il faut par ailleurs protéger les espaces agricoles à fort potentiel, développer les équipements collectifs et notamment les équipements récréatifs au sein des différents quartiers en complétant l’offre existante.

Il y a 2047 emplois dans la commune qui sont pour 85% d’entre eux dans le domaine du tertiaire et des services. 14% des actifs travaillent sur la commune d’où des migrations pendulaires importantes (plus de 8000 véhicules par jour aller et retour). Il y a environ 60 commerces représentant une offre de qualité relativement complète à maintenir et renforcer.

Il faut préserver le cadre de vie en pérennisant les espaces naturels et agricoles bâtis ou non et conserver l’ambiance de village.

Le public pendant le débat a mis l’accent sur certains points à prendre en compte dans la révision du PLU :

- L’importance pour chacun de s’informer sur le SCOT en consultant le site et de penser à ses incidences sur le PLU.
- La nécessité pour la commune de faire des réserves foncières à moyen et long terme, le prix du foncier étant un obstacle à la mixité sociale.
- Le manque d’information des habitants sur les constructions à venir dans leur quartier ( cf La Bâtie ).
- L’insuffisance des transports et l’inexistence des commerces dans le quartier de La Bâtie.
- L’importance des orientations d’aménagement du PLU pou veiller à ce que les nouveaux lotissements se fassent de manière concertée sans risque de détruire le cadre de vie d’un quartier ( cf le lotissement du Manival où 5 maisons vont être prochainement construites ).

Le maire a précisé :
- que les orientations d’aménagement se feraient dans certains quartiers en organisant des réunions publiques avec les habitants.
- que le maire ne pouvait pas intervenir sur les héritages donnant lieu à des divisions de terrain mais qu’il peut agir sur la densité de la population en augmentant ou pas le nombre de constructions sur certains secteurs.

Lucile Ferradou s’est opposée à la demande de remise en place d’une commission extra-municipale dans le cadre du PLU en disant que cette procédure risquerait d’être conflictuelle et fragiliserait le PLU. Elle n’a de plus pas donné d’information précise quant aux réserves foncières à faire dans la commune. Seule la ZAC de Baratière a été brièvement évoquée.

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019