Réunions de juillet et août 2009

La prochaine gazette, liste de diffusion, affaire Bonora idées soirées débats...

Présents au moins à une des deux réunions : S. Krakowiak, M.C. Jacquier, R. Barlet, M-N.Vial, C. Fages, É. Martinelli, J. Buisson, F. Videau.

*********

• La Gazette d’octobre ou novembre, pourrait être centrée sur l’urbanisme avec un reportage sur la visite de St-Ismier animée par Jean Roinat pour montrer ce qui ne va pas et ce qu’on pourrait faire.
Marie-Claude Jacquier propose aussi une visite avec l’architecte des 3 petits immeubles passifs construits à La Terrasse.

• Pour l’affaire du débroussaillement des terrains du haut Manival, il pourrait être intéressant de faire un article sur le site en mettant en ligne la dernière lettre qu’Alain Bonora a adressée au Maire en réponse à un propos tenu publiquement par Madame Ferradou : "M. Bonora a les moyens puisqu il va au Tibet" (à voir en annexe)

• L’article que Jacqueline proposait sur la tenue du conseil municipal du 25 mai, devant être précisé, il sera trop tard de le faire paraître en septembre : trop de temps aura passé.Par contre il serait intéressant de publier un article sur les dysfonctionnements du Conseil municipal, écrit par ceux qui ont assister au moins à un des deux derniers. On demandera à Pascal Dubois, Jacqueline Buisson et Marie-Claude Jacquier d’y réfléchir avec Marie-Noëlle Vial.

• Projets de débats publiques : Jean-Louis Beratto a accepté d’animer la soirée prévue sur le thème : « les dangers qui guettent nos ados », le 12 ou le 19 novembre (date à préciser en septembre).
Pour le second trimestre, se dessine la possibilité de faire une exposition, peut-être au lycée horticole, avec l’association « Explorer humanity » sur la Colombie, avec une soirée débat, et une partie festive.
Pour le débat de novembre, il faut s’organiser très tôt pour la pub : projet de distribution de tracts devant les écoles et devant le CES, dépots de tracts chez les commerçants, annonce sur Grésivaudan Actu et dans les communes avoisinantes. On pourra envoyer deux mail sur la liste de distribution : 3 semaines avant et un rappel une semaine avant.

• Liste de diffusion : Pour le moment nous avons 220 adresses mail. Il faut développer cette liste qui est un moyen de communication important.
Proposition : si chacun donne des adresses mails, à St-Ismier et dans les communes avoisinantes, même sans savoir si les personnes concernées seront intéressées, il serait possible d’envoyer un mail avec une phrase dans ce genre : « un de vos amis a pensé que vous pourriez être intéressés par nos activités et par l’annonce de nos débats. Pour nous connaître vous pouvez aller sur notre site (www.gps-st-ismier.org)
Si vous ne voulez pas recevoir des informations par notre lettre vous pouvez nous le signaler en réponse à ce courrier et nous vous retirerons immédiatement de cette liste. »

• Enquête publique pour Charvinière : Les conclusions du Commissaire enquêteur ainsi que le rapport complet sont en téléchargement sur le site. Les conclusions vont dans le sens des demandes du GPS et d’une bonne partie de la population.

Ceux des membres qui nous soutiennent, mais ne peuvent en général participer aux réunions sont cordialement invités à la première rencontre après les vacances au cours de laquelle seront proposés les principaux projets pour cette année
mercredi 16 septembre à 20h à l’Agora.

************************

ANNEXE

Alain Bonora,
601 Le Haut Manival, 38330 St-Ismier
Association « AIDE AUX RÉFUGIÉS TIBÉTAINS » le 10/7/2009
à but culturel et humanitaire, reconnue d’intérêt général
MDA, 6 rue B. de Boissieux 38000 Grenoble
http://refugiestibetains.free.fr

MADAME LE MAIRE DE ST-ISMIER,

POURQUOI JE VAIS AU TIBET

₪₪₪

Pourquoi je vais au TIBET ? Sûrement pas pour m’amuser !
A mon âge, voyager dans les conditions imposées par la géographie, le climat et l’administration (encore elle) n’est pas une sinécure. Le voyage implique des transports dans des autobus inconfortables et remplis d’une fumée suffocante de cigarettes, même à 2 heures du matin , pendant 25 heures d’affilée, avec très peu de pauses et, puisqu’il faut le dire, des problèmes de santé qui nécessiteraient, au contraire, des arrêts fréquents sous peine de douleurs. Oui, je dois me faire opérer.

Alors, pourquoi vais-je au TIBET au lieu de me promener tranquillement en Bretagne comme j’aime, ou sur la Riviera comme d’autres préfèrent, à proximité des centres de soins ? Il faut que je réponde, non pas pour faire mon apologie, mais simplement pour me défendre contre des propos qui me font tort.

Et bien voilà., je me déplace au nom de l’association humanitaire, Aide aux Réfugiés Tibétains, que j’ai l’honneur de présider. Cette association (A.R.T.) aide une communauté de 6000 semi-nomades du Qinghai (aux confins des anciennes provinces tibétaines du Kham et de l’Amdo) au lieu-dit Kharnang Gompa, loin de tout. Là, il n’y a rien que quelques maisons de terre au milieu du « Grand Désert d’herbe » du Tibet oriental. Rien que des moutonnements herbeux où paît un bétail placide au milieu de tentes de poil disséminées sur le haut plateau.
.
Il s’agit d’un peuple pauvre, appauvri à la limite de la misère, vivant entre 4300 et 4600 mètres d’altitude et sous le coup d’une oppression qu’elle considère comme étrangère. Pourquoi les Tibétains ? Parce que j’étais enfant lors de l’Occupation de notre pays par les Nazis et que je me souviens de la terreur que nous inspiraient certains uniformes. Parce que les quatre années subies alors ne sont rien par rapport aux cinquante ans de répression au Tibet et d’oblitération d’une culture (le Xinjian des Ouigours voisins nous en donne aujourd’hui une réédition).

Durant l’année, notre association travaille pour gagner de l’argent qu’elle leur redistribue sous forme de projets dont le plus évident est la construction d’un dispensaire de 16 pièces où l’on soigne une population accablée de pathologies incurables à ce jour, par exemple, et entre beaucoup d’autres, la maladie de Kashin-Beck, dite « maladie des gros os » dans laquelle après de longues souffrances, les personnes atteintes finissent paralysées. Un autre projet consiste dans le remplacement, pour les familles les plus déshéritées, de l’unique yack (dont la femelle, la dri, est l’équivalent approximatif de notre vache) mort d’inanition lors du regel qui emprisonne l’herbe dans la glace, comme s’est arrivé en 2005 et encore cette année.

Je le fais, parce que pour moi, si l’on traverse la vie à ne s’occuper que de soi-même, on est déjà mort. Parce que lorsque l’on s’emploie à soulager la souffrances des autres, on oublie sa propre mortalité. Je le fais pour moi autant que pour eux parce qu’ils m’apportent la joie.

Alors, si l’on dit que j’ai « les moyens » de débroussailler les terrains de mes voisins parce que je vais au Tibet, je répondrai, si l’on m’en donne le loisir, que justement, parce que je vais au Tibet j’ai moins de moyens. Il faut le dire, on ne se fait pas rembourser les frais de voyage à A.R.T. Et nous mettons tous personnellement un point d’honneur à ce que tous les frais restent à notre charge. D’ailleurs, si l’association finançait le voyage, celui-ci perdrait sa justification : nous n’aurions plus rien à donner !

Je répondrais aussi, ce que tout le monde voit , à savoir que le raisonnement invoqué pour faire taire la mauvaise conscience n’a pas de sens. S’il s’agissait de vacances, ce que l’on est en train de dire, c’est que, puisque je prends des vacances, je peux bien, payer le défrichage et l’entretien des propriétés de Mme Bellon-Stevens, propriétaire à St Ismier, à Nice et à Versailles… Le vocabulaire me manque pour qualifier ce type de raisonnement.

Dernier point, je suis un fonctionnaire de l’Education nationale retraité, catégorie connue pour ses privilèges exorbitants en matière de rémunération., et je n’ai pas de ressources cachées.

Voilà, au minimum, ce que je me devais de dire pour éclairer d’une lumière tamisée la phrase prononcée publiquement selon laquelle j’ai les moyens de payer le nettoyage des propriétés voisines puisque je vais au Tibet !

Merci de m’avoir lu.

Veuillez agréer, madame le Maire, l’expression de ma considération distinguée.

PS. : Je vous ferai parvenir par courriel quelques photos de la population que nous aidons photos auxquelles, j’en suis sûr , vous ne serez pas insensible.

Navigation

AgendaTous les événements

octobre 2019 :

Rien pour ce mois

septembre 2019 | novembre 2019